Vérificateur du International Bank Account Number (IBAN) en PHP

<?php

//France uniquement

$iban = « XXXX XXXX XXXX XXXX XXXX XXXX XXX »;

echo «  ».$iban. »<br/> »;

//0. enlever les espaces
$ibantemp1 = substr($iban, 0, 4);
$ibantemp2 = substr($iban, 5, 4);
$ibantemp3 = substr($iban, 10, 4);
$ibantemp4 = substr($iban, 15, 4);
$ibantemp5 = substr($iban, 20, 4);
$ibantemp6 = substr($iban, 25, 4);
$ibantemp7 = substr($iban, 30, 3);

//1. réassembler et déplacer les 4 premiers caractères à droite
$iban = «  ».$ibantemp2. » ».$ibantemp3. » ».$ibantemp4. » ».$ibantemp5. » ».$ibantemp6. » ».$ibantemp7. » ».$ibantemp1. » »;

//2. convertir les lettres en chiffres (table de conversion)
$ibanprem = substr($iban, 0, 23);
$chiffre = «  ».base_convert(substr($iban, 23, 1),36, 10). » ».base_convert(substr($iban, 24, 1),36, 10). » »;
$ibandern = substr($iban, 25, 2);
$iban = » ».$ibanprem. » ».$chiffre. » ».$ibandern. » »;

//3. on divise le nombre par mod de 97,
//et si le résultat vaut 1 alors l’IBAN est correct

if(bcmod($iban, ’97’) == ‘1’)
{
echo « L’IBAN est valide. »;
}
else
{
echo « L’IBAN n’est pas valide. »;
}

?>

Hello World en AJAX avec ZK

Créer un répertoire dans /tomcat/webapps/zkdemo/.

Crée un fichier hello.zul dans ce répertoire (ici : mestests) à l’aide d’un éditeur de texte avec le contenu suivant :

<window title="My First window" border="normal" width="200px">
 Hello, World!
</window>

Le resultat, un magnifique Hello World dans une boite à demi bleu, devrait apparaitre à cette adresse http://localhost:8080/zkdemo/mestests/hello.zul (ou mestests est votre répertoire défini plus haut).

Publié dans Informatique, Open Source, Wikipédia. Étiquettes : . Leave a Comment »

ZK – Ajax but no JavaScript

zk simply ajaxZK – Ajax but no JavaScript est un framework Open Source pour construire des applications Web en AJAX sans aucun JavaScript.

Il est multiplateforme et développé par la Potix Corporation sous la Licence publique générale GNU.

En 2007, c’est le premier projet AJAX sur SourceForge.[1]

Installation

ZK contient un ensemble de librairie qu’il faut ajouter au serveur Tomcat.

Installation de ZK sur Tomcat

  1. Télécharger la dernière version de Tomcat et l’installer, si vous ne l’avez pas déjà fait.
  2. Arrêter Tomcat.
  3. Décompresser la dernière version de l’archive ZK (zip ou tar.gz)
  4. Copier tout les fichiers .jar présent dans /dist/lib/ et dans /lib/ext/ vers le dossier de Tomcat intitulé /shared/lib/
  5. Re-démarrer Tomcat.
  6. Copier le fichier zkdemo.war présent dans /demo/bin/ dans le dossier de Tomcat intitulé /webapps/
  7. Naviguer dans http://localhost:8080/zkdemo/userguide

Liens externes

La définition de l’Open Source

opensourceL’Open Source Definition (définition de l’Open Source) détermine les conditions nécessaires pour qu’une licence soit considérée comme libre par l’Open Source Initiative. Elle est publiée sur le site de l’OSI[1] avec une liste de licences approuvées[2].

Open source ne veux pas seulement dire un accès au code source. Il faut aussi prendre en compte les critères suivant :

Code Source

Le programme doit inclure le code source, et doit permettre une distribution sous forme de code source aussi bien que sous forme compilée. Si une certaine forme de produit n’est pas distribué avec un code source, il doit y avoir des moyens publiquement accessible permettant d’obtenir le code source moyennant un coût raisonnable, de le télécharger par Internet sans frais supplémentaire. La forme la plus apte par laquelle un développeur est à même de pouvoir modifier le programme est le code source. Une obfuscation délibéré du code source n’est pas permise. Des formes intermédiaire comme la forme de sortie d’un préprocesseur ou traducteur n’est pas permise.

Travaux dérivées

La licence doit permettre d’effectuer des modifications et des travaux dérivées, ainsi que d’être distribués sous les même termes que la licence du logiciel original.

Information Lifecycle Management (ILM)

Information Lifecycle Management est un terme anglais faisant référence à la gestion du cycle de vie de l’information (ILM) celui-ci se définissant comme l’ensemble des stratégies mise en place pour administrer les systèmes de stockage des périphériques d’ordinateur. La problématique se situe dans la recherche du meilleur compromis entre la qualité du support de stockage et la valeur de l’information qui lui est inscrite.[1]

Principe

Avec l’évolution des technologie (loi de Moore), la pérennité des informations est menacé. Il faut donc conserver les informations sensibles sur des supports de stockage externes ainsi que leurs supports de lecture. Par exemple, pour conserver des disquette ZIP, il faut aussi conserver le lecteur adéquat.

Évolutions

De plus, les différents acteurs doivent aussi avoir accès à l’information(les clients, les fournisseurs, les partenaires ou le public). Il faut donc qu’elle soit disponible immédiatement. [2]

Les ressources vont s’accroître avec le temps. Il faut donc prendre en compte également le facteur d’encombrement.

Voir aussi

Evolution de l’indice CAC 40

CAC 40

CAC, qui signifiait Compagnie des Agents de Change, signifie aujourd’hui Cotation Assistée en Continu : l’indice donne donc, en continu, une idée de l’évolution du marché.

Défini avec la valeur de 1 000 points le 31/12/1987, le CAC 40 voit officiellement le jour le 15 juin 1988.
Sa création fait suite au crack de 1987 qui a modifié le monopole des transactions boursières. En effet, géré auparavant par des officiers ministériels, les agents de change se sont transformés en sociétés de bourse.

Depuis le 1er décembre 2003, le CAC 40, à l’instar des principaux indices mondiaux adopte le système de la capitalisation boursière flottante, c’est à dire le nombre de titres réellement disponible sur le marché et non plus comme auparavant basé par leur simple capitalisation boursière.

Il atteint son maximum en l’an 2000 le 4 septembre à 6944,77 points avant de s’effondrer jusqu’à 2401,15 points le 12 mars 2003 après l’éclatement d’une bulle spéculative relative aux secteurs de la communication et de l’internet, aggravé par la suite aux évenements terroristes du 11 septembre 2001.

Groupement des Cartes Bancaires « CB »

credit cardDans le domaine de la monétique, le Groupement des Cartes Bancaires CB est un groupement d’intérêt économique privé qui réunit la plupart des établissements financiers français dans le but d’assurer l’interbancarité des cartes de paiement.[1]

Il ne doit pas être confondu avec le Groupe Carte Bleue qui gère, en France, la marque Carte Bleue et le lien avec la société VISA.

Le groupement a été créé en 1984.

En 2003, le groupement adopte la nouvelle norme internationale Europay Mastercard Visa (dit standard EMV).

credit cardAu conseil de direction, sont représentées les principales banques françaises, dites chefs de file : Banques populaires, BNP Paribas, Groupe Caisse d’épargne, CIC Crédit mutuel, Crédit agricole, Crédit lyonnais, HSBC France, La Banque Postale, Société générale.

Publié dans Wikipédia. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »