La problématique

La problématique est la présentation d’un problème sous différents aspects. Dans un mémoire de fin d’étude, la problématique est la question à laquelle l’étudiant va tâcher de répondre. Une problématique mal posée est un hors-sujet.

Problématiser, c’est poser le problème de recherche (énoncé), en faire ressortir les informations pertinentes (termes) et être dans le bon cadre spatio-temporel. La construction de la problématique se fonde sur une vue explosée de la phrase qui rendre compte des sous-entendu (sens caché) et permet de mettre en évidence les liens logiques entre les termes du sujet.

La problématique ne demande pas une définition d’un mot. Elle implique un travail de reformulation qui peut être sous la forme d’un paradoxe. C’est une question complexe qui demande d’être capable de conjuguer plusieurs informations, parfois divergentes, en les justifiant, tout en restant neutre. Chaque argument du développement doit se placer dans une démarche de résolution de problème bien que cela n’offre pas forcément une réponse à la fin, mais ou au moins, permette d’y avancer.

Publicités

La Reformulation

La reformulation est une pratique de communication qui consiste à formuler des pensées de façon plus claire. Ce n’est pas de l’empathie. Elle ne cherche pas faire parler d’avantage son interlocuteur, ni à le convaincre. En cela, elle est assimilable à un comportement assertif.

La reformulation est définie par Carl Rogers et G. Marian Kinget avec la citation : «[la reformulation] a pour but d’extraire du contenu communiqué le sentiment inhérent à ses paroles et à le lui communiquer sans le lui imposer».[1]

Cet article utilise lui-même la reformulation.

The interior of the University of Chicago's Graduate School of Business in Chicago, Illinois

Structure

Prérequis :

  • Pour pouvoir apprendre, il faut tout d’abord se rendre compte de sa propre ignorance, c’est ce qu’on appelle la modestie. Cette qualité permet l’écoute active.
  • Il faut déjà avoir de la considération pour soi pour pouvoir avoir de la considération pour autrui. L’information est un moyen. L’individu est la finalité.

La reformulation peut se voir comme une démarche de résolution de problèmes structuré en 4 étapes :

  1. Ouvrir le dialogue à l’aide qu’une question qui laisse le choix du oui ou du non. Il faut alors être à l’écoute de ce que l’on entend et surtout de ce que l’on entend pas, c’est la communication non verbale.
  2. Poser des questions ouvertes, adaptés à la situation, pour comprendre la logique interne de l’interlocuteur : la reception du message
  3. S’informer des causes personnelles qui justifient ses choix : Lui accorder qu’il a une raison, ce n’est pas valider sa raison. Valider sa raison, ce n’est pas valider son comportement. (mensonge, maladie, tentative de suicide, violence etc) : la comprehension du message
  4. Message de cohérence : confirmation de la raison de l’interlocuteur

Ceci pose la problématique des seuils d’indiscrétions : Jusqu’où peut-on aller quand on doit concilier information et secret professionnel ?[2]

Notes et références de l’article

1. Carl Rogers et G. Marian Kinget Psychothérapie et relations humaines, 4e édition, Montréal, Institut de recherches psychologiques et sociales, Vol. II, 1969.

2. La Reformulation, Thierry TOURNEBISE, Novembre 2002

 

Objectifs de la prise de notes