Seconde Fondation


Seconde Fondation est un roman d’Isaac Asimov écrit en 1953. Il est le 3ème tome du Cycle de Fondation et il se compose de deux parties : Bail Channis et Arcadia Darell.

Attention, il est recommandé de se reporter aux épisodes précédents du Cycle de Fondation pour comprendre ce résumé.

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

Bail Channis

Le Mulet est maintenant plongé dans une traque sans précédent de la Seconde Fondation tandis que celle-ci, existant bel et bien, tente de le contrer ou de le contrôler pour éviter des déviations irréversibles dans le Plan Seldon. En effet, ce plan ne vise pas à assurer la suprématie des élites de Terminus mais bel et bien de cette Seconde Fondation, qui pourra ainsi hériter d’une vaste institution et fonder une société vouée au mentalisme. En cela, l’ignorance de la Première Fondation sur leur infériorité et leur destin devient capitale.

Le Mulet a soudain l’idée d’associer Han Prichter, l’un des acteurs de la traque, à un non converti, Bail Channis, en espérant qu’il aura une plus grande liberté d’esprit. Ayant une idée précise de l’emplacement de la Seconde Fondation, ce nouvel acteur part avec un Pritcher douteux de ses capacités et de son intégrité mentale vers Rossem, planète sans éclat, pour espionner Tazenda base possible de la Seconde Fondation. Outre sa proximité phonétique avec le nom de code « Star’s End » de Seldon, elle est située à l’autre bout de la galaxie et un effet d’optique fait que, de Trantor, elle est bien l’endroit où finissent toutes les étoiles. Prichter, affolé à l’idée d’être contrôlé par des membres potentiels de cette Fondation obscure, obéit au Mulet et capture son associé que l’on suspecte d’être un agent de la Seconde Fondation.

Alors que celui-ci parvient juste à le convaincre, de manière logique, de son innocence, le Mulet, qui s’est personnellement déplacé, reprend le contrôle, et prouve que ce non-converti est bien un traître qui, malgré tout, les a conduit au bon endroit. Si Tazenda a été détruite par le Mulet, il parvient à faire avouer à son prisonnier, qui a neutralisé Prichter, que le siège réel est Rossem.

Arrive alors un autre dignataire, le Premier Orateur, qui apparemment dégoûté de la destruction de Tazenda se révèle maître de la situation. Si son associé était persuadé de la justesse de sa localisation de la Seconde Fondation, c’est parce qu’il avait été auparavant opéré pour en être convaincu – à tort – et pour résister à tout examen psychique d’un Mulet qui le maltraite. Il détourne avantageusement la menace du Mulet de bombarder Rossem, et lui révèle qu’une attaque éclair sur son centre de commandement est imminente, et qu’il ne pourra arriver à temps. Profitant de son dépit, il l’influence.

Ainsi, le Mulet repart croyant que la Seconde Fondation n’existe plus, faisant de lui un dirigeant despotique, mais pacifique. A sa mort, la Première Fondation a étendu son aire d’influence par le biais des territoires conquis par le Mulet.

Designed by StefanoTsai | (c) FFoundation Publishing

Designed by StefanoTsai | (c) FFoundation Publishing

Arcadia Darell

Au sein de Terminus, un groupe d’individus se méfie néanmoins des pouvoirs psychiques de cette Seconde Fondation. Il est dirigé par le Dr Darell et accompagné de Pelleas Anthor, de Jole Turbor, du Dr Evett Semic ainsi que de Homir Munn. Après un examen leur permettant de dépister si l’un des leurs aurait été influencé par cette Fondation, ils décident de s’intéresser au Mulet, qui semble avoir découvert de son vivant – à son désavantage – cette entité mystérieuse. Homir Munn est alors dépêché vers le Palais du Mulet, mais il est subrepticement accompagné de Arkady Darell, fille du Dr Darell, qui a espionné leurs réunions.

Le climat politique de la planète fait qu’il est difficile d’obtenir les autorisations nécessaires pour explorer un Palais qui est le siège d’une superstition tenace, mais la jeune fille se sert de l’épouse du dirigeant Stettin, en lui prétendant que l’analyse de son prétendu Oncle vise à s’assurer de la suprématie de cette planète, Kalgan, malgré le Plan Seldon.

L’étude est donc rendue possible, mais tourne mal, et le prétendu oncle se retrouve arrêté pour collaborer plus étroitement à une conspiration inventée de toutes pièces. La jeune fille est cependant prévenue à temps par la dame de compagnie du dignitaire, et elle lui permet de s’échapper vers Terminus. Cependant, alors qu’elle la quitte, elle a une illumination : cette femme est un membre de la Seconde Fondation, et elle doit donc éviter Terminus qu’elle soupçonne secrètement d’être la cachette de la Seconde Fondation.

Elle fuit donc le spatioport et, pensant rejoindre Trantor, sa planète natale, elle rencontre fortuitement un groupe de Trantoriens qui se dirigent aussi vers Trantor. Elle tente d’obtenir d’eux du soutien, et reçoit de l’aide, mais, la planète étant à sa recherche, elle est épinglée par un officier qui accepte un pot-de-vin de son « père », Preem Palver, marchand Trantorien. Elle se doute alors du risque qu’elle court toujours, et, en sécurité sur Trantor, profite d’une mission de son « père » vers Terminus pour lui demander de transmettre un message secret à son vrai père : « Un cercle n’a pas de bout » – ce qui veut dire que la Fondation située « à l’autre bout de la galaxie » se trouve en fait sur Terminus même, ce qui lui permet d’avoir un contrôle étroit sur les affaires de la première Fondation.

Capturé, puis relâché grâce à Jole Turbor, le marchand transmet contre toute attente ce message, et transmet à la fille une réponse, selon laquelle elle peut rentrer, le risque étant éloigné – ce qu’elle fait. Le groupe revoit alors la fille mais également son « oncle », Homir Munn.

Ainsi, celui-ci prétend que la Seconde Fondation n’existe pas, mais il se révèle être contrôlé. Pelleas Anthor propose alors Kalgan. S’il n’est pas contrôlé, le membre se révèle être un agent de la Seconde Fondation, repéré par une arme inventée par le père et assemblée par Elvett Semic, qui inflige de terribles souffrances aux mentalistes et à eux seuls, et qui se base sur le même principe que l’écran protecteur de sa conception censé brouiller les ondes cérébrales. Le père assène donc le choix de Terminus.

Il révèle des soupçons de longue date, et Terminus capture alors une cinquantaine de mentalistes parmi ses rangs. La fille n’est pas influencée et le père est soulagé, même s’il reste soupçonneux quand à la relative facilité d’une telle arrestation comparée à la Seconde Fondation.

Ses craintes sont fondées car, comme on l’apprend, le siège de cette Seconde Fondation est sur Trantor même, planète d’où Seldon était originaire, et qui représente l’opposé exact de Terminus d’un point de vue psychohistorique et social, en plus d’être, par de vieux proverbes, asssociés à une « Star’s End ». Qui plus est, la fille a malgré tout été influencée, mais dès sa naissance, ce qui était donc indétectable. L’arrestation était une mascarade, ses victimes des héros, morts pour le Plan. Tout cela fonde les réflexions du génial Premier Orateur, manipulateur suprême : Preem Palver.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :